Boulangerie Turlupain

Voûte de briques en trompe-l'œil, plafond de la boulangerie Turlupain à Saales par Roland Perret.
Cette vidéo permet de se rendre compte de la déformation en anamorphose des briques et de la flamme. Au fond de la pièce, les briques sont très hautes pour que du point de vue de l’entrée, elles aient l’air d’être vues à leurs tailles normales.
Roland Perret dessinant le plafond de la voûte en trompe-l'oeil chez Turlupain

Roland Perret dessinant le plafond de la voûte en trompe-l’oeil qui servira d’ouverture vers le ciel.
La pénibilité de cette position de la nuque est bien connue et le souvenir de Michel-Ange qui ne pouvait plus lire son courrier, après le plafond de la Sixtine, que la tête tournée vers le haut revenait forcément à l’esprit.

Le tracé des courbes en perspective a dû se faire à vue. Jordane se plaçait au fond de pièce, pointant le plafond le bras tendu avec un fusain. Les repères des futures lignes ont ainsi été tracés point par point.
Roland, à l’entrée du local, se positionne sur une croix marquant au sol le point de vue du spectateur, la maquette à la main. En visualisant les courbes, il guide Jordane qui place les repères l’un après l’autre.
Là, c’est un petit moment de répit où Jordane apprécie de faire une petite pause…

Nous avons eu l’énorme chance de bénéficier des talents de masseuse de Sophie pour soulager nos pauvres nuques…

Roland a ensuite dessiné les courbes avec un fusain coincé dans l’extrémité d’une tige de bambou flexible. Le tracé est forcément imparfait mais sera suffisant pour le placement des briques. La difficulté était de jauger les déformations que subiront les briques pour donner l’effet de voûte.

Pour en savoir plus sur les détails de l’élaboration de ce plafond, consultez ce document explicatif.

Le tracé à vue des arches de la voûte

Jordane Desjardins et Sophie appliquant les motifs de briques au plafond chez Turlupain

Jordane et Sophie en train d’appliquer les motifs de briques grâce aux éponges taillées à la forme, imbibées de plus ou moins de peinture.
La matière des éponges naturelles reproduit à merveille la texture de la brique, mais il faut du doigté et le sens du rythme.
Cela n’a été possible que pour les briques qui ne subissaient pas trop de déformation, dans les parties centrales.

Jordane et Roland contemplant la flamme sous la voûte céleste !
Symbole à la fois du feu dans l’art du boulanger et aussi de la flamme de l’esprit à l’origine du créé.
Le pain à toujours été un symbole puissant de l’incarnation du supérieur, peut-être parce que le pain est fait des quatre éléments primordiaux, de farine, énergie de la terre, de l’énergie de l’eau, du levain, symbole de l’air (la fermentation) et pour finir le feu.

Roland a peint une salamandre qui court sur le mur.
La salamandre est le nom de l’élémental du feu. Les élémentaux sont les esprits de la nature. Par exemple, l’ondine est l’élémental de l’eau.
Roland fait un parallèle avec la figure ondulante que forme la flamme et le mouvement sinueux de cet amphibien. Sa couleur flamboyante y est peut-être aussi pour quelque chose.

Jordane et Sophie ont peint les murs verticaux avec l’effet des briques. L’illusion est parfaite !
Les magnifiques et délicieux pains bios de Turlupain.
Four à pain Turlupain à Saales

L’heureux propriétaire des lieux, Luc Reuiller.

Où se trouve cette fresque ?
Boulangerie Bio Turlupain
8 Chemin de la Pierrechelle, 67420 Saales